L'Organisation internationale du Travail (OIT)

L’OIT a pour vocation de promouvoir la justice sociale, les droits de l’homme et les droits au travail reconnus internationalement, poursuivant sa mission fondatrice : œuvrer pour la justice sociale qui est indispensable à une paix durable et universelle.

Unique agence « tripartite » de l’ONU, l’OIT réunit des représentants des gouvernements, employeurs et travailleurs de 187 Etats Membres pour établir des normes internationales, élaborer des politiques et concevoir des programmes visant à promouvoir le travail décent pour tous les hommes et femmes dans le monde.

Aujourd’hui, l’agenda de l’OIT pour le travail décent contribue à l’amélioration de la situation économique et des conditions de travail qui permettent à tous les travailleurs, employeurs et gouvernements de participer à l’instauration d’une paix durable, de la prospérité et du progrès.

La Mauritanie qui est membre depuis 1961 a ratifié 42 conventions internationales du Bureau international du travail dont huit (8) dites « fondamentales » puisque reprenant l’ensemble des droits fondamentaux au travail. Il s’agit de :

Convention N°IntituléDomaine
Convention N° 29 Convention sur le travail forcé Travail forcé
Convention N° 87 Convention sur la liberté syndicale Liberté syndicale
Convention N° 98 Convention sur la liberté des négociations syndicales Liberté syndicale
Convention N° 100 Convention sur l’égalité homme/femme Le genre
Convention N° 105 Convention sur l’abolition du travail forcé Travail forcé
Convention N° 111 Convention sur la non-discrimination (emploi et profession) La non-discrimination
Convention N° 138 Convention sur l’âge minimum du travail des enfants Protection des enfants
Convention N° 182 Convention sur l’interdiction des pires formes du travail des enfants Protection des enfants

La Mauritanie vient d’adopter, en mai 2019, en vue de les ratifier, deux conventions du BIT relatives :

  • N° 143 sur les migrations dans des conditions abusives et sur la promotion de l’égalité de chances et de traitement des travailleurs ;

  • N° 144 concernant les consultations tripartites destinées à promouvoir la mise en œuvre des normes internationales du travail

Le 30 mai 2018, la 107ème session du Bureau international du travail (BIT) de Genève a supprimé la Mauritanie de la liste des pays interpellés par la commission des normes sur la question de l’esclavage en matière d’emploi et de travail forcé. Ce retrait couronne les efforts consentis depuis une quinzaine d’années par le gouvernement mauritanien pour lutter contre les pratiques de l’esclavage.

Projets dans le domaine de l’emploi et du travail en Mauritanie

Création d’emplois décents et consolidation de l’emploi existant pour les jeunes et potentiels migrants dans le secteur de la pêche artisanale

01 octobre 2017 - 30 septembre 2021

PECOBAT : Amélioration de l’employabilité des jeunes et des capacités des PME par le développement du sous-secteur du BTP

01 octobre 2016 - 28 février 2020

Projet Bridge : une passerelle entre le Protocole à la Convention N° 29 de l’OIT et l’action mondiale pour l’élimination du travail forcé

03 octobre 2016 – 30 septembre 2019

Bridge en Mauritanie : Appui à la mise en œuvre de la loi 2015-31 portant incrimination de l’esclavage et réprimant les pratiques esclavagistes

Appui à la finalisation de la politique nationale de l’emploi et au renforcement du système d’information sur le marché de l’emploi et la formation en Mauritanie (PNE-SIMEF)

01 novembre 2015 – 30 septembre 2018

Appui technique au dialogue social et l’administration du Travail en Mauritanie

01 janvier 2016 – 30 juin 2018

Programme du Bureau International du Travail pour la promotion de l’emploi décent et productif des jeunes dans le Maghreb

01 décembre 2011 – 01 décembre 2015

Le programme « Promouvoir l’emploi productif et le travail décent des jeunes en Algérie, Mauritanie, Maroc et Tunisie » a pour objectif d’améliorer l’emploi des jeunes dans ces pays

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS)

Le secteur de la santé reste une priorité du gouvernement mauritanien. En effet, dans le cadre de ses politiques publiques en la matière, le gouvernement mauritanien a pris des mesures appropriées visant à améliorer ce secteur ainsi qu’à l’atteinte l’ODD relatif à la santé.

Pour ce faire, la Mauritanie entretient une coopération assez large avec certains partenaires stratégiques qu’il convient de rappeler dans les lignes suivent. 

La Mauritanie a adhéré à l’initiative du Partenariat International pour la Santé (IHP+) en signant le Compact Global, le 17 Mai 2010 à Genève, en marge de la 63eme Assemblée Mondiale de la Santé. À la suite de cette adhésion, le ministère de la santé et ses partenaires ont élaboré, pour la période 2012-2020, le Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) et la nouvelle Politique Nationale de la Santé (PNS) à l’horizon 2030. Ces deux documents prennent en compte les Objectifs du Développement Durable (ODD) plus particulièrement l’ODD3, celui relatif à la santé.

A cela s’ajoute le Compact National du secteur sanitaire de la République Islamique de Mauritanie couvrant la période de 2018-2020, consistant à « mettre en œuvre les réformes et mobiliser les ressources en vue d’accélérer l’atteinte des objectifs du PNDS II et de l’ODD 3 avec focus particulier vers la CSU (Couverture Sanitaire Universelle ». Ce Compact a pour objectif de renforcer le partenariat entre tous les acteurs impliqués dans le secteur de la santé, d’accompagner et de définir un cadre programmatique de mise en œuvre du PNDS II 2017-2020.

La coopération entre l’OMS avec la Mauritanie est actuellement régie par la stratégie de coopération 2018-2022, qui sous-tend la marche vers la couverture sanitaire universelle (CSU) conformément au PNDS II et à l’atteinte de l’ODD3. Cette stratégie tourne autour de quatre axes : renforcement du système de santé orienté vers la couverture sanitaire universelle ; sécurité sanitaire et situations d’urgences ; réduction de la mortalité maternelle et infanto-juvénile et lutte contre la maladie en général.

La Mauritanie participe aux activités (réunions et sessions des conseils et comités, prises de décisions…) de l’OMS à Genève, plus particulièrement à l’Assemblée Mondiale de la Santé qui se tient chaque année. Elle est représentée aux niveaux des instances de l’OMS par sa Mission Permanente qui sert d’interface entre l’Etat mauritanien et l’Organisation Mondiale de la Santé.

Ainsi, le secteur de la santé est une des priorités des politiques publiques. Conscient de l’importance du partenariat en la matière, le pays a renforcé son système sanitaire à travers le PNDS et le PNS.

  • le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONU/SIDA) ;
  • le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme
    (GFATM) ;
  • GAVI, Alliance du Vaccin ;
  • le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) ;
  •  le Conseil de Concertation pour l'Approvisionnement en Eau et l'Assainissement (WSSCC)